L'auteur redonne vie à un souvenir d'enfance. Grand admirateur du roman de Daniel Defoe, "Robinson Crusoé", il se déguise pour ressembler à son héros mais ses camarades se moquent de lui. Dépité, il rentre chez lui et s'endort. Le voici projeté sur une île déserte où ses aventures sont celles du plus célèbre naufragé de la littérature. La glissade de l'éveil au rêve n'est pas sans rappeler le mode opératoire de "Max et les maximonstres " de Maurice Sendak (L'Ecole des Loisirs). A l'issue de cette instense activité onirique, tout rentre dans l'ordre. Fidèle à son art, Peter Sis utilise stylos, encre et aquarelles pour composer ses illustrations qu'il séquence de vignettes ou de dessins pleine page. On retrouve aussi une cartographie incluse dans la narration, thème récurrent de son oeuvre où l'on explore trés souvent les paysages intérieurs par le biais d'un personnage. Un travail subtil pour les grands lecteurs.

Robinsons